21 09 12 (3).jpeg

ARCHIVES 2022

Lundi 31 octobre

La famille Valade occupe les lieux.
C'est un réel plaisir de retrouver ainsi toute la famille.
Roberte en est le pilier. Jean-Yves arrive régulièrement de Grenoble accompagné de Geneviève. Laure et Marion viennent elles aussi rendre visite à la grand-mère. Cette fois, Damien et Maxime ont accompagné parents et grands-parents pour venir embrasser l'arrière-grand-mère. Isabelle est venue de Montrouge accompagnée d'une amie. Elle profite du déplacement pour faire découvrir la région à Anne-Noëlle. Christian fera lui aussi une visite éclair depuis Reims.

Les enfants ont fêté Halloween. Certaines maisons sont décidément bien vilaines recouvertes de toiles d'araignée achetées la veille au supermarché. Les enfants ont le plaisir de se déguiser et de passer de maison en maison pour réclamer des bonbons, ils restent bien mignons. J'avais acheté des friandises pour un régiment, ils n'étaient pas aussi nombreux que je l'imaginais. Les voltigeurs sont gourmands, ils pourront ainsi se servir jusqu'à la fin de leur séjour. Ils reviennent ce soir pour une seconde période de 10 jours.

 

Dimanche 30 octobre

Je n'ai toujours pas de télévision mais je reste au courant des informations, du moins celles qui ne sont pas dictées par la bien-pensance.

Je suis ainsi tombée par hasard sur une artiste à la fois jolie et intelligente.
Ingrid Courrèges écrit depuis plusieurs années des parodies qui parlent de ce que je pense mais dont je serais incapable de transcrire.
Cette fille est un rayon de soleil. Je l'ai découverte sur Radio Courtoisie. Son sourire est lumineux et ses textes sont une vraie thérapie.

Elle enrobe les mots qui pourraient paraître vulgaires dans une douce poésie qui fait autant rire que pleurer.

Le Professeur Perronne, qui a entre autre travaillé sur la maladie de Lyme, était venu la saluer lors d'un concert. 
Normalement, j'essaye de ne pas aborder ces thèmes qui fâchent mais je n'en peux plus d'entendre tous ces crétins qui nous demandent de mettre un col roulé , de ne plus ouvrir les fenêtres et de nous obliger à faire la queue devant une station-service pour se fournir d'un peu de carburant à un prix indécent. Bien sûr, je n'ai pas de photo à l'appui. Celles-ci font bien l'affaire finalement.

Samedi 29 octobre

Avez-vous remarqué que les photos étaient plus belles ?

Je n'y suis pour rien. Simplement, le téléphone de Vincent est juste beaucoup plus performant. 
Aussi je pars en virée uniquement pour vous présenter chaque matin de nouveaux paysages.... Un peu pour mon plaisir aussi ...

Les marcheurs connaissent bien ces endroits.
Je monte la route d'Urbule vers la pelouse calcaire. Je laisse la croix Raulet sur ma gauche et je poursuis la montée. La légende raconte qu'à cet endroit, une petite fille a été dévorée par les loups. A la vitesse où ce dernier se reproduit, il sévit actuellement dans le Haut-Jura en attaquant les jeunes génisses, il pourrait bien poursuivre sa route vers la Lorraine.
J'arrive en Belgique sans avoir rencontré un seul être humain. Une  situation qui me convient à merveille , bien que les rencontres en pleine campagne sont aussi souvent fort agréables..
Voici la Croix des Aisements. Elle date de la fin du XVIème siècle. Elle avait été vendue en 1936 par le curé de l'époque et retrouvée quelques années plus tard chez un carrier à Saint-Mard.
Un curieux monument se présente devant nous, il a la forme d'un escargot. Il a été érigé par le père Dominique Schmitt, ermite résidant du lieu.  D'ailleurs, nous voici devant l'ermitage, une jolie petite chapelle dédiée à Notre-Dame  de Luxembourg avec le logement de l'ermite à l'arrière. Torgny se nomme Gaume provençale. Il est vrai que le climat y est plus doux que dans les Ardennes proches. Le village est lové au pied de la pelouse calcaire au bord de la Chiers, tout comme Vezin.
Plus besoin de pédaler jusqu'à l'entrée du château de Manteville à Epiez.
Ce village lorrain ne manque pas de charme mais il  ne met pas son patrimoine en valeur. Il en est ainsi dans tous les villages qui longent la rivière. Nous ne sommes pas portés par le même dynamisme dont nos voisins gaumais sont pourvus !

 

Vendredi 28 octobre

La famille Dubois-Gondel a quitté l'An 12 en me laissant du champagne  et des madeleines au citron Yuzu de la biscuiterie de Reims.
Evelyne m'avait apporté du veau cuisiné à l'oriental, juste relevé comme il faut. Je vais découvrir la Poirine avec Christine.
Incroyable tout de même non !!!
C'est au tour de la famille Valade d'investir les lieux  et là, j'en fais encore moins que d'habitude, c'est à dire rien ....

Le temps doux me permet de retirer tous les légumes qui ne restent pas en terre en hiver. Je devrais aussi retirer les dahlias, ils sont cependant encore bien en fleurs. Je profite plutôt de cette douceur pour aller pédaler dans les environs.
J'évite au maximum les routes en partant par le Fond des Vaux puis je descends dans la forêt de Marville. Tous les portails qui avaient été posés pour empêcher les sangliers de franchir la frontière sont ouverts. Les centaines de kilomètres de grillage ne servent plus à rien et les sangliers n'ont jamais été aussi nombreux des deux côtés de la frontière !
Je plonge vers le plan d'eau .... vide. Nous avions déjà connu ce phénomène il y a quelques années lorsqu'il a été nécessaire de travailler sur le barrage. C'est de nouveau le cas cet automne. L'Othain poursuit son cours comme de si rien n'était et s'en va rejoindre la Chiers au niveau de Montmédy. Les pêcheurs ont déserté les berges. Les plus mordus se retrouvent au bord de l'Othain avant la passerelle.
La dernière photo est prise dans le parc Legoland en Malaisie qui se trouve à une quarantaine de kilomètres de Singapour .

Théo a passé un week-end  magique avec ses parents.

 

Mercredi 26 octobre

Les voltigeurs regagnent leur Jura ce midi pour profiter d'un long week-end. Ils seront de retour lundi.
Colette et Bernard reviennent quant à eux sur leur terre avec leur fils Philippe.
Je n'avais plus revu ce couple toujours amoureux depuis 6 ans. Ils n'ont pas changé, Bernard  porte fièrement ses 86 ans et les années qui passent n'atteignent pas Colette, 6 ans plus jeune. Soyez prudent quand vous entrez dans Spincourt. Tout comme dans le village voisin de  Rouvrois-sur-Othain, un radar est installé en pleine ligne droite et je suis passée devant à 58 km/h ...

Pas de photo à l'appui.

 

Mardi 25 octobre

C'était un week-end citoyen pour la municipalité vezinoise.
Plusieurs conseillers municipaux ont montré le bon exemple. Des vezinois en ont aussi profité pour nettoyer les caniveaux et trottoirs situés devant leur domicile. La Croix dite des Allemands située au sommet de la pelouse calcaire  a profité  d'un début de restauration, elle est cependant plus malade que l'on imaginait. Le cimetière aura belle allure pour la Toussaint et des portes de bâtiments communaux ont profité d'un beau ravalement avec deux couches de peinture. Le grenier de la mairie a fait l'objet d'un voyage à la déchèterie.
J'ai fait de mon mieux le samedi après-midi en élaguant  les arbustes qui longent toute la rue de la gare.

Plusieurs bénévoles m'ont apporté un bon coup de main. Le dimanche, nous étions invités chez Danielle et Marc.
Cerise sur le gâteau : Michel a pris le volant de sa somptueuse voiture, plus sortable que le Berlingo encore tout tapissé de feuilles. J'ai pu admirer à mon aise les belles couleurs automnales sans risquer de dévier de la trajectoire ...
Nous avons passé comme d'habitude un très agréable moment à Retonfey.
Il faut juste que mon frère et moi n'abordions pas les conversations politiques...
Nous partageons les mêmes idées mais cela ne nous empêche pas de casser les pieds aux autres convives ...
Le séjour de Christine et Michel se termine. Ils ont rencontré toutes les personnes avec qui ils ont noué des liens amicaux.
Ils ont fait la connaissance d'Evelyne et Fabrice, d'autres habitués de l'An 12.

Dimanche 23 octobre

Les Portes ouvertes de Burgo Ardennes ont connu un franc succès.On ne peut que rester admiratif quant à l'organisation de cette journée.Et c'est tout simplement gigantesque. Impossible d'imaginer la fourmilière  hautement qualifiée  qui oeuvre ainsi à la fabrication du papier glacé qui forme nos beaux livres.De plus, la visite se déroule dans une ambiance conviviale et décontractée.Aucun doute, en quittant l'endroit deux heures plus tard , on ne regarde plus Burgo de la même façon. Et l'odeur qui pourrait nous gêner certains jours devient presque aussi agréable que celle qui émane des flacons de nos grands parfumeurs !Je n'écarte pas pour autant les nuisances que cette usine peut apporter, elles sont cependant infimes par rapport à ce qu'elle apporte à la région. 

 

Samedi 22 octobre

Les voltigeurs sont bien arrosés ces temps-ci, ils reviennent trempés et un peu fourbus. Ils ont pourtant besoin de se défouler en revenant et Julien est allé courir hier soir dans la campagne qu'il connaît bien.
Ils devraient aussi participer à une Allure Libre ce dimanche qui se déroule à Dampicourt.
Christine et Michel viennent rendre une petite visite aux amis. Je les emmène ce matin visiter Burgo Ardennes, l'usine de pâte à papier d'Harnoncourt. Des portes ouvertes se déroulent toute le journée sur simple inscription.
Nous nous rendrons aussi chez Danielle et Marc à Retonfey ce dimanche.

Pas de photo à l'appui, mon appareil a fait des caprices ou j'ai fait une mauvaise manipulation ...

Jeudi 20 octobre

Ils sont bien accrochés sur les remparts de Longwy ! La première photo pourrait pourtant prêter à confusion.
C'est l'ambulance qui m'a amenée sur le chantier ! Je suis arrivée dans les remparts de Longwy par la Porte de Bourgogne dont il ne reste que le nom.. Je passe en dessous des tyroliennes du Parc Aventure. Je sais que les voltigeurs sont à l'opposé près de la demi-lune.
Il n'y a pas un seul promeneur sur le sentier, juste une ambulance  qui semble se rendre au même endroit.
Quel ne fut pas mon soulagement quand j'ai vu Julien, Vincent et Christophe  accrochés sur leur corde et oeuvrant sur les murs !
L'ambulance venait chercher un collégien en difficulté lors d'une course organisée dans les remparts. La ville de Longwy a mis du temps pour remplir les formalités d'usage, si bien que les cordistes viennent seulement de démarrer le chantier.
Montmédy a fait mieux, elle n'a pas fait les demandes nécessaires pour l'entretien de la citadelle en 2022.
Dommage car c'est le seul attrait dont elle bénéficie pour attirer des visiteurs sur son secteur si ce n'est le centre pénitencier ...

Les voltigeurs vont passer un certain temps en cet endroit. Leur tâche consiste à rejointoyer les pierres, il ne faudrait pas que la pluie s'invite sur le chantier. Je suis revenue par le chemin des écoliers  en me posant un moment près d'un étang à Vaux-Warnimont et à l'église Saint-Denis érigée en pleine forêt à Ville-Houdlémont.

 

Mardi 18 octobre

La première photo pourrait paraître un peu prétentieuse. L'article n'est pas très récent, je devais avoir 20 ans de moins, je n'étais pas pour autant plus jolie ... Mais cependant très aimable .... hum hum ....
En fait, Nicole vient de m'envoyer cet article et c'est tout simplement un clin d'oeil que je lui fais  car elle regarde chaque matin, depuis Vaudémont, ce qui se passe  à Charency ! Nicole et Gilbert étaient commerçants à Charency-Vezin, au temps des belles années insouciantes mais loin d'être inactives. Les projets et les réalisations se bousculaient. Miro et Gilbert étaient toujours  en mouvement et nous suivions la cadence.  Nous trouvions pourtant encore le temps de nous investir dans la commune pour Miro et Gilbert, dans l'associatif pour Nicole et pour moi..
Nous étions une centaine de convives au repas qui servait à financer un voyage pour les enfants. Le centre aéré recevait une cinquantaine de gamins (je suis de l'ancienne école, je n'utilise pas l'écriture inclusive et le masculin l'emporte ...)

La bibliothèque comptait le même nombre d'adhérents et les Vezinois profitaient pratiquement d'une animation mensuelle..
Qu'en est-il aujourd'hui ?
Je ne connais pas mes voisins et  je vais chercher mon pain dans une machine ... 

La deuxième photo est aussi hors sujet.

Pour celles et ceux qui ne comprendraient pas le japonais ni même l'anglais, cette affiche était posée dans un restaurant à Tokyo et le gérant disait simplement que le personnel ne portait pas de masque pour raison de santé !!! Thierry était très agréablement surpris et il en a fait part aux serveuses. En retour, il s'est vu remettre une boisson gratuite !!!

Thierry ressemble à bien des égards à sa mère, il a du mal à suivre des directives quand elles n'ont pas de sens. 

 

Dimanche 16 octobre

La pelouse calcaire d'Urbule va profiter d'un sérieux lifting en novembre 2023.

Sophie, chargée du projet, tenait une réunion d'information hier après-midi.
En fait les 10 ha entretenus par le Conservatoire des Sites Naturels de Lorraine sont de plus en plus envahis par les épines, les buissons et autres arbustes invasifs au détriment des orchidées et autres espèces qui apprécient la lumière.
Un déboisement sera effectué par des professionnels.
La pelouse devrait retrouver son aspect initial et par la suite, il serait intéressant de trouver un chevrier ou une chevrière  qui vienne installer son troupeau pour éviter la repousse systématique.
Les pelouses de Velosnes et de Villécloye ont profité d'une telle restauration.
Le gyrobroyage peut sembler excessif , il est pourtant nécessaire si on veut garder le rôle bienfaiteur d'une pelouse calcaire. 
A Charency, certains arbres remarquables resteront en place et seront de ce fait bien plus visibles.

L'assistance présente à cette conférence était pour le moins clairsemée. Le temps incertain n'incitait pas vraiment à la promenade mais nous étions tous bien équipés et revis de la sortie pour situer les différents travaux d'abattage.
Par la même occasion, la Croix dite des Allemands reprendra sa place au sommet de la pelouse, après avoir été un peu raccourcie. 

 

Samedi 15 octobre

Plusieurs indices vous permettent de situer les photos, du moins pour celles et ceux qui connaissent la région.
Un indice supplémentaire ? ces photos ont été prises quand je suis allée, pour la énième fois, vider le contenu du Berlingo à la déchèterie.
Sans le vouloirr, je fête Halloween, je suis couverte de vraies toiles d'araignée quand je redescends du grenier ...
Pendant ce temps, les copines confectionnent des doubles-rideaux pour la chambre attenante à la Floréal.
L'emploi du temps ne sera pas le même la semaine prochaine, les voltigeurs se sont enfin annoncés !

Julien, Vincent et Christophe viennent nettoyer les remparts de Longwy. Pour le moment, Montmédy ne donne pas de nouvelles.

 

Jeudi 13 octobre

Plus je m'éloigne de  la gare de l'Est, plus je trouve que Paris a beaucoup de charme, même si parfois quelques horreurs contemporaines gâchent la majesté des lieux.
Par contre, je suis bien Provinciale. Aucun souci pour prendre le train à la gare Meuse, si ce n'est que pour trouver une place de stationnement. Le parking est gratuit contrairement aux gares Lorraine et Champagne-Ardenne.
J'ai bravé mon anxiété en prenant le métro pour Opéra mais arrivée sur place, je n'ai pas su retrouver mon gamin. ... 
Mon téléphone était un peu en cause, la batterie se vide après 5 mn d'utilisation.
Ce ne sera plus le cas, Vincent m'a donné le sien. Sauf qu'il est beaucoup plus sophistiqué et que je ne sais pas trop m'en servir ....
Nous avons passé une très belle journée.  La marche étant un des meilleurs moyens pour découvrir une ville, nous avions parcouru plus de 15 km à 17h ! Vincent reste une semaine à Paris. Toutes ses journées sont remplies entre le salon du SIAL à Villepinte, une visite à Rungis et des rencontres avec les différents fournisseurs de la société Culina. On  sera au moins quelques temps sur le même fuseau horaire !

 

Jeudi 13 octobre

Plus je m'éloigne de  la gare de l'Est, plus je trouve que Paris a beaucoup de charme, même si parfois quelques horreurs contemporaines gâchent la majesté des lieux.
Par contre, je suis bien Provinciale. Aucun souci pour prendre le train à la gare Meuse, si ce n'est que pour trouver une place de stationnement. Le parking est gratuit contrairement aux gares Lorraine et Champagne-Ardenne.
J'ai bravé mon anxiété en prenant le métro pour Opéra mais arrivée sur place, je n'ai pas su retrouver mon gamin. ... 
Mon téléphone était un peu en cause, la batterie se vide après 5 mn d'utilisation.
Ce ne sera plus le cas, Vincent m'a donné le sien. Sauf qu'il est beaucoup plus sophistiqué et que je ne sais pas trop m'en servir ....
Nous avons passé une très belle journée. La marche étant un des meilleurs moyens pour découvrir une ville, nous avions parcouru plus de 15 km à 17h ! Vincent reste une semaine à Paris. Toutes ses journées sont remplies entre le salon du SIAL à Villepinte, une visite à Rungis et des rencontres avec les différents fournisseurs de la société Culina.
On  sera au moins quelques temps sur le même fuseau horaire !

 

Mercredi 12 octobre

Vincent se pose à Paris ce matin avec son équipe. Ils viennent rencontrer leurs différents fournisseurs. Le travail effectif commence demain. Aussi je m'en vais passer quelques heures en sa compagnie grâce au TGV et à la gare de Meuse !
Le salon de jardin est à l'abri de même que les parasols.
Je crois que j'ai effectué l'ultime voyage à la déchèterie hier après-midi.
Je ne peux tout de même pas tout jeter. Le reste partira lors d'une prochaine brocante !
C'est le meilleur moment pour profiter du paysage automnal quand le soleil enflamme le feuillage.
J'ai profité de mon déplacement à l'épicerie de Marville pour me plonger dans cet univers flamboyant .
Je me suis retrouvée dans le cimetière, loin d'être lugubre,  presqu'à la tombée de la nuit ...

La municipalité a eu l'idée géniale d'ouvrir les portes de la chapelle tout en la protégeant par des grilles. Il est dorénavant possible d'admirer ces pierres tombales magnifiquement sculptées à tout moment.

 

Lundi 10 octobre

Il n'y avait pas de marche Adeps dans les environs ce dimanche.
Je suis donc allée à Cons-La-Grandville afin de découvrir le circuit cyclopédestre qui longe la Chiers jusque Réhon.
Danièle m'accompagnait, Georgette faisait la fête à Epiez.

Le village de Cons ne manque pas de charme. Il se love au pied du majestueux château de type renaissance appartenant à la famille de Lamberty. Ici, la Chiers n'a pas tout à fait le même profil qu'à Charency-Vezin.
Ses berges sont cependant envahies par la même végétation, la renouée du Japon  s'étend à son aise.
Nous croisons quelques promeneurs, un peu plus de cyclistes mais ces rencontres n'apportent aucune nuisance. Juste un petit bonjour amical et chacun poursuit son chemin.
Nous voici  devant l'ancienne usine sidérurgique  de La Providence qui a employé plus de 4000 personnes de 1866 à 1987. Elle a disposé jusqu'à sept hauts-fourneaux. Le quartier tout entier était alors une vraie fourmilière. A proximité, le fameux crassier a perdu son chapeau pointu !  Nous étions bien tentées de poursuivre pour visiter la ville de Réhon, on a préféré épargner nos pas et faire demi-tour
Grâce aux explications qu'Yves m'avait apportées avant de partir, nous avons emprunté un chemin différent au retour. C'est ainsi que l'on a pu admirer la toute nouvelle centrale hydro-électrique installée  par la commune de Lexy.
Située à l'emplacement d'un ancien moulin, elle alimente les bâtiments publics de la ville. Cette fois, le sentier se rétrécit, nous passons sous la voie ferrée en passant sous un magnifique pont en pierre.
Je n'ai pas dû suivre les explications d'Yves jusqu'au bout, nous entrons sur le domaine privé de Gedimat  ... Nous ne sommes pas vraiment à l'aise mais fort heureusement, la sortie n'est pas fermée  ! Voilà une bien belle balade avec en prime un ciel bleu et un soleil radieux.
On a bien mérité une petite douceur à la pâtisserie Bitaine de Virton !

 

Dimanche 9 octobre

Après ce petit voyage en Aquitaine en compagnie de  Bernard, revenons dans le Grand Est. 

Que ce terme est vilain ... Aussi, je préfère vous emmener dans les Ardennes.
Cette région ne ressemble en rien à la Champagne ni d'ailleurs à la Lorraine et encore moins à l'Alsace mais chacune d'elles doit s'effacer au profit du Grand Est. Décidément, il faut que j'égratigne coûte que coûte .. J'ai besoin de me défouler.
Je pose un regard inquiet sur notre monde qui fait fi de toute morale.
Parlons Patrimoine, le sujet est bien plus bénéfique. Je vous propose de poursuivre la visite de Sedan.
Cette ancienne cité princière est dotée d'un patrimoine assez exceptionnel.
On la connaît un peu mieux après l'avoir traversée en long et en large, le nez en l'air. 
Il nous faudrait cependant y séjourner plusieurs semaines pour la connaître vraiment.
La principauté de Sedan est rattachée à la France en 1642. C'est à cette époque que la ville attire des fabricants de draps parisiens. Une manufacture royale de draps fins est fondée. Le bâtiment nommé Dijonval est toujours présent, un superbe campanile surmonte cette manufacture qui a fonctionné plus de 300 ans. Ils étaient plus de 4500 employés à travailler dans le textile sedanais dans les années 50. La dernière industrie  fermera dans les années 90.
La Lorraine a connu les mêmes déboires avec la sidérurgie. Mieux vaut  passer par l'office de tourisme et demander le livret touristique très détaillé, chaque façade relatant un évènement historique !

Aussi, je vous laisse sur votre faim en évitant de vous décrire les photos. Venez voir sur place mais attendez le printemps, l'An 12 n'ouvre plus volontiers ses portes en cette saison. On nous demande de faire des économies, j'ai réduit le chauffage ...
Ce n'est pas tout à fait vrai. Chaque hiver, l'An 12 se met en veille, les portes de la véranda restent fermées, le jardin n'a plus d'intérêt et je n'ai pratiquement plus de contact avec mes hôtes.
Je n'aime pas cette façon de faire. Par contre, j'en profite pour bricoler dans ma maison et je navigue toute la journée d'une pièce à l'autre jusqu'au moment où les jambes ne veulent plus avancer ...

Samedi 8 octobre

L'intervention de Bernard me procure une journée de repos !

Les personnages rencontrés dans nos balades ne sont pas toujours du genre "causant". Cependant ils témoignent d'un brin de poésie, d'ingéniosité, de talent. D'abord merci à celles et ceux qui les ont imaginés et réalisés. Ces jardiniers ou autres poètes ne pensaient probablement pas que la photo de leur travail ferait l'objet d'une publication sur un site. 

Saluons en premier le monsieur au chapeau. Il;  'le monsieur,... pas le chapeau); veille à ce que les corbeaux ne viennent pas piller les épis de maïs. Très efficace n'est-ce pas;...mais, comme le bonhomme rend bien notre salut, on ne peut que sourire.

Le deuxième personnage un peu vieillot, pas très bien rasé semble triste.... On s'est demandé ce qu'il cherchait en bordure de notre chemin. La végétation autour de lui était abondante, les herbes assez hautes et un petit ruisseau coulait tout près. On aimerait bien savoir pourquoi il est là et pour cela, discuter avec celui ou celle qui a créé ce personnage. Nous sommes restés un petit moment à regarder, et finalement nous avons compris qu'il n'y avait peut-être rien à comprendre: le personnage est là uniquement pour attirer le regard du promeneur. Pas la même impression avec le pêcheur! Attentif et absorbé par son occupation, nous l'avons découvert au bord de ce petit étang, dans une clairière de la forêt que nous traversions. Qu'on découvre un petit étang dans une forêt semble normal, mais qu'au bord de la rive quelqu'un ait imaginé "planter" un pêcheur... Alors là bravo et merci à l'artiste.

J'ai voulu donner une légende à la dernière photo et l'ai nommée "La dame et le rêveur". Les alentours de la petite propriété où on a admiré ces deux personnages étaient remplis de sculptures un peu surréalistes. Les regards ne pouvaient se fixer sur une ou l'autre. Cependant, on en retire un sentiment de calme, on voudrait faire silence. Cette dame qui regarde le passant va peut-être finir par se rendre compte qu'elle-même est observée....

 

Jeudi 6 octobre

Les deux premières photos sont pour Bernard ou pour Yolande ou pour Jeanne-Marie. En fait pour vous tous !
Reconnaissez-vous cet endroit ? Vous disposez de quelques indices. Vous êtes aussi nombreux à n'avoir jamais foulé ces terres.
Sur la troisième photo, vous revoyez les copines en mouvement.
Georgette et Danièle sont partie prenante dans les prestations de l'An 12. Elles ont d'ailleurs sympathisé avec les hôtes réguliers. Aussi quand il s'agit d'améliorer le confort dans les chambres à l'aide  d'une confection de doubles-rideaux, elles sont partantes. Danièle manie la machine à coudre comme je manie le taille-haie. La Floréal dispose dorénavant de doubles-rideaux occultants aux couleurs chatoyantes. La chambre attenante va aussi en bénéficier. Nous devrions trouver la matière à Sedan en profitant d'une bonne petite table agrémentée d'une visite patrimoniale. Il y a encore des bâtiments et monuments que je voudrais découvrir en ville.
La dernière photo rappelle que nous disposons d'une pelouse calcaire visitée depuis des décennies par des Belges férus d'orchidées et de papillons. Je suis adhérente au CEN de Lorraine et je dispose de plusieurs fascicules retraçant leurs activités sur toute la Lorraine.

 

Mardi 4 octobre

J'ai repris le vélo avec bonheur mais avec aussi des douleurs musculaires au départ vite dissipées après quelques coups de pédales.

Impossible de quitter Vezin sans forcer, ça grimpe de tous les côtés.Je profite du paysage que m'offre la plaine d'Epiez en essayant d'éviter les éoliennes présentes sur le plateau d'Allondrelle ...Mon vocabulaire est restreint, je m'en excuse, je ne trouve pas d'autres mots pour vous décrire ce paysage de toute beauté.Je vais encore déborder du cadre avec la dernière photo. Va t'on devoir déboulonner tous les calvaires présents sur le territoire comme  doit être déboulonnée la statue de Saint-Michel aux Sables d'Olonne ?J'aime observer toutes ces croix disséminées un peu partout dans nos campagnes, elles racontent une histoire, elles ont été façonnées pendant des jours, voire des mois. Elles font bien sûr partie de notre patrimoine.Pas de changement les jours prochains, je commence à déraper ...

Lundi 3 octobre

Après un week-end agréablement mouvementé, je vais probablement mettre la semaine pour remettre les chambres en ordre.
Non pas qu'elles soient désordonnées, bien du contraire.
Les comédiens du Gourbi Bleu me facilitent même le travail.
Le temps n'est pas très beau, les draps sèchent au grenier pour suivre l'exemple  de ce député qui nous dit ne plus utilises son sèche-linge  pour réduire la crise énergétique alors qu'il ne connaît même pas son mode de chauffage ... Je vais repasser la nuit quand  toutes les lumières seront éteintes et je nettoierai les salles de bain quand le soleil éclairera les dites pièces ... Est-on vraiment aussi bêtes qu'ils le pensent ou ce sont nos dirigeants qui sont complètement idiots ? Pardonnez mes débordements.
Je cherche juste une excuse pour vous dire que je ne serai guère bavarde cette semaine car je sens que je vais mettre un certain temps pour faire le ménage à l'An 12 alors qu'il me faudrait trois heures si j'étais décidée. Je modère mon activité énergétique ... 

 

Dimanche 2 octobre

Je ne pensais pas changer le texte ce matin mais je ne peux tout de même pas passer sous silence une soirée si bien réussie. 
Déjà par les rencontres.

Quel plaisir de revoir toutes ces personnes qui participent régulièrement aux manifestations culturelles et festives. du secteur : Nicole que je n'avais plus vue depuis quelques années., Marie-Rose  avec qui je travaillais au Républicain Lorrain durant les belles années 80, Claude, le premier magistrat de la commune toujours avenant, Enrica de l'office de tourisme  de Longuyon toujours active et bien d'autres visages souriants, tout simplement heureux de se retrouver.
Les filles du Gourbi Bleu, habituées à monter sur scène ont évolué avec aisance sur la piste. Le public a suivi un peu plus timidement. Qu'importe, toute l'assistance semblait ravie. Les plus audacieux, se sont même prêtés à un karaoké en reprenant l'Amérique de Joe Dassin ou Les Amants de Saint-Jean.. 
Dans 15 jours, la bibliothèque de cette commune organisera son 9ème café littéraire avec la présence de Monique Archen. Ces rencontres sont aussi toujours exceptionnelles.    

 

Samedi 1er octobre

L'An 12  affiche complet ce week-end avec les comédiens du Gourbi Bleu.
Leur spectacle prévu en octobre a dû être reporté au printemps prochain. 
Ils sont venus à la rencontre d'une troupe de théâtre locale, les Am'Acteurs, ils joueront ensemble L'Amour Médecin de Molière.  
Ce soir, ils seront tous à la grange de Revémont pour suivre le concert folk de Bal'Us'Trad dès 19h.

L'entrée est gratuite et une petite restauration est prévue.